JFK OTH

Pour ceux qui ne le savent pas déjà, Johnny est une des personnes les plus importantes chez OTH. C'est notre chef d'opérations. Quand il n'est pas en train de gérer le jour à jour de la boutique, il écrit pour The Hundreds... et il a sa propre marque.... et il est cinéaste. Johnny est un des gars le plus intéressant et génial que tu pourrais avoir le plaisir de connaître. On s'est assis avec lui pour parler de ses divers projets, et du cheminement qu'il a fait dans le domaine créatif. Vous pouvez aussi lire son plus récent article sur The Hundreds, ainsi que voir ces réalisations cinématographiques! 


Depuis combien de temps travailles-tu chez OTH?
Ça fait environ 7 ans que je suis là, incluant l'année que j'ai pris en congé. 

Une journée typique pour toi, ça consiste en quoi, exactement?
Comme chef d'opérations, je m'occupe du Starship Enterprise. Dans le fond je m'assure que tout fonctionne bien, et que tout est complété dans un délai assez raisonnable.

Quels sont les projets que tu entreprends à l'extérieur de OTH?
Où commencer? Je suis toujours en train de travailler sur quelque chose. C'est pas nécessairement un projet mais il y a toujours un vidéo à faire ou à concevoir, ou sinon il y a du travail à faire pour Petite-Patrie, ma marque. Si jamais j'ai vraiment rien à faire, je fais une production d'une dizaine de t-shirts sous une marque qui n'existe même pas. Juste pour rigoler.

J'aime prendre les choses une à la fois. J'ai eu la chance d'apprendre plusieurs façons d'être créatif, donc je facilement choisir les projets que je veux entreprendre.

Que fais-tu pour te déconnecter du travail?
Je ne considère pas vraiment les projets que j'entame comme du travail, donc la plupart du temps je m'amuse déjà en "travaillant". À la fin de la journée, c'est ce qui compte le plus pour moi. Rester en forme c'est quand même un passe-temps important, par contre.

Cela dit, je joue souvent au jeux vidéos. Ça m'aide à me déconnecter du travail si jamais j'en ai besoin. GTA V sort bientôt, donc je crois que je vais passer l'hiver à Los Santos en train de de faire des drive bys, (rires).

C'est quoi ta passion, si tu devais en choisir une?
L'expérience que j'ai acquise depuis que j'ai commencé à travailler dans le domaine m'a fait apprécier la mode et le détail de plus en plus. J'ai pu comprendre les politiques d'arrière-plan et l'immense effort dédié au branding par les différentes marques. En sept ans, j'ai vu des marques grandir et évoluer, et j'en ai vu d'autres disparaître. Avec le temps, j'ai vu ce qui marchait pour la boutique et ce qui ne marchait pas. Tout cela me motive à faire un peu mieux à chaque jour, et ça me garde occupé aussi. J'adore ma job, je ne peux pas me plaindre.

Comment est-ce que SHOT BY JFK a commencé?
SHOT BY JFK a commencé environ un an après que j'ai commencé à travailler chez OTH. Un de mes a amis m'a convaincu de recommencer à faire de la vidéo. Il m'a appris énormément sur non seulement l'aspect technique de la cinématographie, mais aussi sur le côté esthétique. Merci JP!

Quand j'ai recommencé à filmer, c'était le début de l'ère DSLR. Donc c'était super facile de me trouver une caméra et d'aller filmer tout ce que je pouvait pour me perfectionner au fur et à mesure. J'ai commencé en documentant les petits trucs de tout les jours, ensuite je suis passé au portraits, et maintenant je fais de la mise-en-scène pour des vidéos.

Le nom SHOT BY JFK est juste un petit jeu de mots avec mes initiales et l'assassinat de J.F.K.

C'est quoi le projet le plus mémorable sur lequel t'as pu travailler?
Probablement quand j'ai eu la chance de faire une entrevue avec RZA à Berlin. C'était de pure chance pour être complètement honnête. J'étais en Allemagne pour Bread and Butter et j'ai croisé Pete, de Highsnobiety. Il avait besoin de quelqu'un pour filmer l'entrevue à la dernière minute. Bien sur j'ai dit oui. La journée de l'entrevue, il a été pris dans le traffic, donc j'ai du improviser le tout. J'étais un peu nerveux. Mais c'est quand même RZA! C'est pas à chaque jour qu'on a la chance de s'asseoir tout seule avec RZA pendant 30 minutes pour lui poser des questions. (rires)

Sur ce point là, comment as-tu pu travailler avec The Hundreds?
C'est grâce à Angelo, Graeme et Gary de Take Five Trading. Ils m'ont ouverts la porte et j'ai couru à travers.

J'ai toujours été un admirateur de ce que The Hundreds fait. J'ai un respect immense pour leur philosophie et leur idéologie. Les gens devraient apprendre à être aussi ouverts et honnête que eux. Pour moi, c'est plutôt une marque culturelle et non une marque de streetwear. Depuis le début ils ont réussi à maintenir leur image et ce sont rendus accessibles. Bobby et Ben, c'est des gars normales qui, par chance, font des trucs super cools. Même si tu ne portes pas leur vêtements, c'est dur ne pas apprécier ce qu'ils font.

Tout de même, je n'aurais jamais cru qu'un jour je ferais parti de leur monde. C'est vraiment un privilège pour moi d'avoir une plateforme ou je peux m'exprimer sur les choses que j'aime. Écrire pour The Hundreds, c'est un peu comme écrire pour la Gazette, parce qu'ils veulent que je prenne une approche plus journalistique. Il y a beaucoup de recherche à faire pour formuler les questions avant de m'asseoir avec quelqu'un. Jusqu'à présent, c'est super et je crois qu'ils aiment ce que je leur offre! Merci, Alina!

Depuis combien de temps écris-tu?
Depuis la maternelle. Au début, j'avais un peu de misère avec les lettres, mais avec le temps, je me suis améliorer peu à peu. (rires)

Sérieusement, j'avais un site, Derived Thread, il y a 4 ou 5 ans. J'écrivais tout seul au début. J'écrivais sur différentes marques, sur les choses que j'aimais, les choses que j'aimais moins, sur Montréal, et je faisais aussi des entrevues. Dans le fond, c'était ce que je ne pouvais pas mettre sur OTH. (rires)

Après un an, j'ai rajouté 4 ou 5 gars à l'équipe. Pour la plupart, c'était du monde que je connaissait grâce à la boutique et qui avait la approche que moi. Travailler sur ce site m'a aidé à améliorer mon écriture, parce que je cherchais toujours à écrire sur des trucs que les autres blogues ignoraient. Je voulais prendre une approche un peu plus approfondi. 

As-tu d'autres projets sur l'horizon?
Ouais, en fait je suis en train d'écrire mon premier court-métrage. C'est dur, parce que j'ai découvert que je suis un perfectionniste. (rires) J'ai une idée en tête, mais j'ai pas vraiment commencé. Ça viendra et ça sera super. 

Si quelqu'un voulais faire de quoi créatif dans la vie, que leur dirais-tu?
Comme Nike le dit si bien: Just Do It.

Fait le passionnément et reste humble quand tu connais du succès. Fais ce que tu fais pour toi-même, et seulement toi-même. Ne perds pas ton temps avec ce que les autres vont penser. N'hésite pas et donnes-toi pas de titre. Tout cela viendra après. Le plus important, pour moi, c'est de trouver ses propres idées. Ne vole jamais les idées ou les projets des autres. Soit créatif!

For those who don't already know, Johnny is one of the integral pieces of the Off The Hook team. As Chief of Operations, he makes sure that the shop runs smoothly from day-to-day. When he's not at the shop, he also contributes to The Hundreds... and runs his own brand... and directs movies. Johnny's one of those guys that always has a project up his sleeve. He's also one of the nicest and more interesting guys you'll have the pleasure of meeting. We sat down with him to discuss his many projects and how he's gotten to the point he's at today. You can also check out his latest piece for The Hundreds, as well as the short films he's produced

How long have you been at Off The Hook?
About 7 years now, including my 1 year hiatus.

What does a typical day consist of for you?
As Operations Manager, I make sure that the Starship Enterprise runs smoothly and that Captain Kirk and Spock aren't on my case. Pretty much, get shit done, and fast. Then it's on to the next one. Beam me up Scotty!

What are your side projects, hobbies, passions? If I wanted to be Johnny Kim, what would I have to do?
Where do I start (laughs). I always have something in the works; not necessarily projets, but there's either a video to shoot or direct, or I'm working on my brand Petite-Patrie, or I'll make a run of a few dozen t-shirt designs under a fake brand just for jokes.

I just take things as they come. I've had the chance to learn many ways to be creative that I can easily pick and choose what projects I want to work on.

As far as hobbies go, I call whatever project I'm working on a hobby. Most of the time I do it for fun and, for me, that's what really matters.

Staying in shape is also an important hobby (laughs).

But I do play a lot of video games to help me disconnect from everything. GTA V is coming out on PS4, so my hobby is gonna be killing people and doing driveways in Los Santos in the first person, all winter (laughs).

But seriously, I think the experience I've gained since I started working in this industry has made me love the real and fashion business more. Understanding the back end politics and all the branding that goes on behind the scenes. Seeing new brands develop and trends that come and go, dealing with numbers or seeing what works and doesn't work for the shop. All of those things help me keep busy, but they also motivate me to be better. I do love my job and I can't complain about anything.

How did SHOT BY JFK start? 
SHOT BY JFK started maybe a year or two after I had started working at Off The Hook.

A friend of mine got me back into filming and making videos back then. He taught me a lot on the technical side, but he also helped me discover the aesthetic aspect. He helped me experiment a lot with the camera. So thanks, JP!

But, when I started filming, it was the beginning of the DSLR video era. So it was easy for me to get a camera and just go shoot anything and learn as I went. I started by documenting everyday life, then made small portraits and now, I'm directing videos.

But I'm still in the process of learning everyday.

The name itself is a play on my initials and the JFK assassination. I just flipped it.

The most memorable moment was probably when I interviewed the RZA in Berlin. It was pure luck to be honest. I was there for Bread and Butter and I bumped into Pete from Highsnobiety. He needed someone to film the interview at the very last minute. On the day of the interview, he got stuck in traffic and wasn't able to make it on time. So pretty much, I had to improvise the whole thing. I was a bit nervous at first, I won't lie. Come, it's not everyday that you get stuck in a white room with the RZA for 30 minutes, asking him questions (laughs). Good times.

Building on that, how did you start contributing for The Hundreds?
Thanks to Angelo, Graeme and Gary from Take Five Trading. They built that bridge for me and I crossed it.

But, I've always been a fan of the Hundreds since the beginning. I respect the brand's philosophy and ideology. People should learn to be as open as The Hundreds. To me, they're more of a cultural brand than a streetwear brand. Since day one, they've maintained their image and made themselves (Bobby and Ben) accessible. They're regular dudes that happen to do cool things.

Even if you don't wear their clothes, you can't really hate on them. Before the industry became what it is today, The Hundreds was there; they played an important role in all of it.

But, I would've never thought that one day I would somehow be a part of their world. It's really a privilege that they give me a platform to speak about the things I like. Writing for them feels like writing for the Gazette. They want me to have a more journalistic approach. I do my research and build my questions accordingly.

It's really fun and I think they've been enjoying my write ups. Thanks Alina!

How long have you been writing?
Since kindergarten really. The first few years I had a hard time making my letters, but as the years went by I got better at writing out the alphabet (laughs).

I used to run a site called Derived Thread like 4-5 years ago. It was actually up for a good three years. I used to write alone at first; about brands, the things I like and hated, Montreal street culture, some interviews. It was basically the things I wasn't allowed to post on OTH (laughs).

Then, a year after, I added a crew of about 4-5 guys. It was mostly friends that I made around the shop and that had the same state of mind as me. That site helped me progress as a writer, because I was always looking to talk about the things no one talked about on the other blogs. I wanted to get a more insightful interview, than a broad approach.

Reading a lot also helps.

Any other projects on the horizon?
I'm actually trying to write my first short film. It's hard though, because I'm a perfectionist with every aspect. I have the idea down, but I haven't really started yet. It'll come though, and it'll be a great film.

ny advice for people who want to do creative in their careers?
Nike says it best: Just Do It.

Do it with passion and be humble about it. Don't let anything get to your head and never doubt yourself. Do it for you, only you and don't care about what others think. Don't half step. Don't become pretentious. Don't give yourself a title. And, most importantly, don't steal other people's designs and projects. Come up with your own ideas. Be creative. Ideas come and go.

Posted
AuthorMarc Richardson