Vans x OTH x RBW

Nous sommes fiers de vous présenter le plus récent chapitre dans le projet Vans OTH de OFF THE HOOK, en collaboration avec la marque canadienne Raised by Wolves. La capsule Vans x OTH x RBW a été conçue autour de la météo perfide que connait Montréal, et s’inspire de l’entrelacement de différents partenariats et de différents matériaux au sein d’un seul projet.

La capsule Vans x OTH x RBW représente l’union de deux partenariats d’envergure dans le domaine du streetwear au Canada, en collaboration pour un projet unique.  Le projet Vans OTH a permis d’introduire la plus grande sélection de chaussures Vans au Canada, en plus de nombreuses collaborations. OFF THE HOOK et Raised by Wolves sont aussi des partenaires de longue date, souvent alliés pour présenter des collections saisonnières signées Raised by Wolves à laboutique OTH de Montréal. Ces deux relations qui s’unissent est ce qui a inspiré le mariage du cuir et du suède sur une paire de sneakers.

La capsule Vans x OTH x RBW a été bâtie autour de deux silhouettes classiques de Vans, soit la Sk8-Hi Zip LX et la Old Skool Zip LX. De nombreuses modifications on été portées à chaque silhouette pour les transformer en sneakers prêts pour les conditions perfides qu’on connait, unissant à la fois le patrimoine incroyable de Vans avec l’esthétique de style streetwear moderne signé OFF THE HOOK et Raised by Wolves. La Sk8-Hi LX et la Old Skool Zip LX sont tous deux construits à partir de panneaux de suède et de cuir. Le pied gauche est fait d’une tige de cuir de première qualité et d’un bout avant fait de suède alors que le pied droit est fait d’une tige en suède et d’un bout avant en cuir. Les deux modèles sont aussi construits avec la technologie Scotchguard, résistante à l’eau, de Vans et comprennent des fermetures éclair étanches ainsiqu’une langue rembourrée. La capsule Vans x OTH x RBW est bâtie sur les fameuses semelles MTE, pour vous assurer de la traction maximale sur des surfaces glacées. De plus, la Sk8-Hi Zip LX et la Old Skool Zip LX sont équipées de Jazz Stripes réflectifs afin d’assurer que vos sneakers restent visibles la nuit, tout comme le jour.

La capsule Vans x OTH x Raised by Wolves sera disponible chez OFF THE HOOK le samedi, 27 février, dès 11h, ainsi que sur shop.offthehook.ca. La Sk8-Hi Zip LX sera vendue à $180CAD, tandis que la Old Skool Zip LX sera vendue à $150CAD.

We are proud to introduce the latest chapter in our ongoing Vans OTH project, and a collaborative endeavour with Canadian brand Raised by Wolves. The Vans x OTH x RBW Pack has been conceived around Montreal’s precocious weather and the concept of intertwining different relationships and materials into a single project.

The Vans x OTH x RBW Pack represents two of the most important relationships in Canadian streetwear coming together under a single project. The Vans OTH project has provided the most important selection of Vans in Canada, as well as a number of notable collaborations, while OFF THE HOOK and Raised by Wolves have been longtime partners, often teaming to launch Raised by Wolves’ seasonal collections at the Montreal shop. These two relationships coming together inspired uniting suede and leather on a single pair of shoes. 

The Vans x OTH x RBW Pack has been built around two classic Vans silhouettes, the Sk8-Hi LX and the Old Skool Zip LX, with a number of modern twists applied to each that transform both pairs into weather-ready sneakers that merge Vans’ strong history with OFF THE HOOK and Raised by Wolves’ modern streetwear aesthetic. Both the Sk8-Hi LX and the Old Skool Zip LX feature leather and suede panelling, with the left foot constructed from a premium leather upper and suede toe box, while the right foot is constructed using premium suede for the upper and leather for the toe box. Both pairs have been outfitted with water-resistant Scotchguard technology, sealed zippers, and gusseted tongues, to ensure that Montreal’s temperamental weather doesn’t dampen your feet, or your mood. The Vans x OTH x RBW Pack has been outfitted with Vans MTE soles, to ensure maximum grip in slippery conditions. Additionally the Sk8-Hi LX and Old Skool Zip LX feature reflective Jazz Stripes to make sure that both pairs are as equipped for the night, as they are for the day.

The Vans x OTH x Raised by Wolves pack will be released in-store at OFF THE HOOK and online on shop.offthehook.ca on Saturday, February 27th at 11am. The Sk8-Hi Zip LX retails at $180CAD, while the Old Skool Zip LX checks in at $150CAD.

2015 était fût une année remarquable pour les sneakers, particulièrement pour une certaine marque originaire de Herzogenaurach, en Allemagne. On s'est tourné vers Graeme Anthony, notre acheteur de souliers, pour son top 10 de l'année. Jetez-y un coup d'oeil ci-dessous!


2015 was a pretty big year for sneakers, particularly for a certain brand from Herzogenaurach, Germany. We asked our footwear buyer, Graeme Anthony, to give us his top 10 releases from the year. Hit the slideshow below to check them out, and let us know whether you agree or disagree in the comments!

L'inscription au tirage de la YEEZY BOOST 350 "Oxford Tan" d'adidas Originals aura lieu le 26 décembre de 12h à 19h, exclusivement à la boutique. Une inscription par personne. Pièce d'identité requise. Pointures 5 à 13 AVEC DEMI POINTURES. $260+tax.


We'll be accepting entries for the adidas Originals YEEZY BOOST 350 "Oxford Tan" raffle on December 26th from 12pm until 7pm, exclusively in store. One entry per person. Photo ID required. Sizes 5 thru 13 available WITH HALF SIZES. $260+tax. #othboutique #adidasoriginals #yeezboost #montreal

L'inscription au tirage de la YEEZY BOOST 750 "Black" d'adidas Originals aura lieu demain de 11h à 21h, exclusivement à la boutique. Une inscription par personne. Pièce d'identité requise. Pointures 6 à 13 SANS DEMI POINTURES. $450+tax.


We'll be accepting entries for the adidas Originals YEEZY BOOST 750 "Black" raffle tomorrow from 11am until 9pm, exclusively in store. One entry per person. Photo ID required. Sizes 6 thru 13 available NO HALF SIZES. $450+tax. #othboutique #adidasoriginals #yeezboost #montreal

Mannequin: Gianni Petrozza

Hat -    maharishi Templar Cap    Top: Engineered Garments button down Jacket: Engineered Garments Ripstop jacket Pants: maharishi Twisted Knee pant Shoes:    Nike Footscape Route Sneakerboot SP

Hat - maharishi Templar Cap
Top: Engineered Garments button down
Jacket: Engineered Garments Ripstop jacket
Pants: maharishi Twisted Knee pant
Shoes: Nike Footscape Route Sneakerboot SP

Top: maharishi    Helmand Kurta Shirt    Jacket: maharishi    MA Zipped Blazer Jacket

Top: maharishi Helmand Kurta Shirt
Jacket: maharishi MA Zipped Blazer Jacket

Winter On The Way OTH
Winter On The Way OTH
Hat: Engineered Garments Quilted Bucket Hat Vest: Engineered Garments Primaloft Fridge Vest Top: Still Good Hybrid Crewneck Pants: maharishi Twisted Knee Pant Shoes: adidas Originals x White Mountaineering ZX Flux

Hat: Engineered Garments Quilted Bucket Hat
Vest: Engineered Garments Primaloft Fridge Vest
Top: Still Good Hybrid Crewneck
Pants: maharishi Twisted Knee Pant
Shoes: adidas Originals x White Mountaineering ZX Flux

Hat: Engineered Garments Bucket Hat Top: Engineered Garments Smock Shirt Shirt: Engineered Garments Short Collar Shirt Pants: Engineered Garments Flight Pant Shoes: Vault by Vans Sk8-Hi LX

Hat: Engineered Garments Bucket Hat
Top: Engineered Garments Smock Shirt
Shirt: Engineered Garments Short Collar Shirt
Pants: Engineered Garments Flight Pant
Shoes: Vault by Vans Sk8-Hi LX

RED WING TRUNK SHOW OTH

Le 14 octobre prochain, c'est le moment où jamais d'obtenir vos Red Wings préférées au OTH. Cette soirée-là, vous pourrez commander n'importe quelle botte de la collection Red Wing! Vous aurez aussi la chance de découvrir une nouvelle botte exclusive et limitée, qui changera comment vous voyez Red Wing!

Les experts Red Wing seront chez OTH pour vous guider dans votre quête pour la botte parfaite et vous expliqueront les petits détails qui font toute la différence entre une paire de Red Wings et une botte normale. 

Breuvages servis au cours de la soirée!

RSVP sur la page Facebook, et invitez vos amis à vous joindre!


On October 14th, you'll have a chance to grab your favourite pair of Red Wing boots at OTH! That night, you'll be able to order any boot from the Red Wing collection! We'll also be unveiling a new, exclusive and limited boot that will change how you see Red Wing.

Red Wing experts will be at the shop to walk you through the collection as you search for the perfect boot and will explain the subtleties that make Red Wing boots so special.

Drinks provided throughout the evening!

RSVP on the Facebook page and invite your friends to join you!

Posted
AuthorMarc Richardson

SHALLOWPARK est passé à la boutique la semaine dernière pour parler à Graeme, notre acheteur de sneakers, à propos d'une des marques les plus légendaires qu'on tient à la boutique, Clarks. Jetez-y un coup d'oeil en bas de page!


SHALLOWPARK came by the shop last week to sit down with our footwear buyer, Graeme, and talk about one of the most iconic footwear brands around, Clarks. Check out the video below!

Nous sommes fiers de vous présenter la Vans x OTH AΩ Slip-On LX, qui célèbre le quinzième anniversaire d’OTH et unie ses racines grecques et québécoises.

Les lettres AΩ tiennent une place spéciale parmi la culture et la mythologie grecque et symbolisent que chaque histoire a un début et une fin. Avec OTH qui célèbre ses 15 ans, le projet AΩ touche sur les racines de la boutique et son histoire pendant la dernière décennie et demie. Ainsi, la AΩ Slip-On LX s’inspire des racines grecques des fondateurs d’OTH et de l’histoire d’OTH dans le streetwear montréalais. La lettre « A » est déclinée en relief sur le soulier droit, tandis que la lettre « Ω » se trouve en relief sur le soulier gauche. Le colori choisi uni lui aussi l’héritage grecque et québécois. Déclinée en suède gris avec de légères rayures bleues et blanches, le gris symbolise une fondation solide vu qu’il peut être porté saison après saison, tandis que les rayures bleues et blanches représentent les drapeaux du Québec et de la Grèce.

Pour le projet AΩ, nous avons fait équipe avec le designer québécois Isaac Larose, de Larose Paris, pour amener une nouvelle énergie et appliquer sa vision unique à une silhouette intemporelle. Nous avons aussi fait recours au photographe Vassilis Karidis, du magazine Dapper Dan, de photographier un lookbook qui communique l’esprit de la jeunesse d’Athènes d’aujourd’hui. Le lookbook a été stylé par Nicholas Georgiou, également de Dapper Dan.

La Vans x OTH AΩ Slip-On LX ($90 + tax) sera disponible en quantité limitée dès 10h en boutique et à partir de 12h en ligne, le jeudi 3 septembre, avec livraison offerte à travers le monde.

On fêtera aussi le lancement de la AΩ Slip-On LX jeudi soir, dès 19h, dans l'espace Vans OTH. Les places seront limitées, donc on vous prie de RSVP sur la page Facebook et d'arriver à l'heure. Vous serez accueillis par un DJ, et de la nourriture inspirée par la thématique de la collection! 


We are proud to introduce the Vans x OTH AΩ Slip-On LX, celebrating the shop’s 15 year anniversary and uniting OTH's joint Greek and Quebecois heritage.

The letters AΩ have great significance in Greek culture, and symbolize that every story has a beginning and an end. With OTH celebrating its 15 year anniversary, the AΩ Project serves as a way to examine the shop’s roots and its history over the last decade and a half. Thus, the AΩ Slip-On LX touches on both the Greek roots of OTH’s founders, and its history within Montreal’s streetwear scene. The letter A is lightly embossed on the top of the right shoe, while the left shoe carries an embossed Ω. Further tying together the joint heritage in Greece and Quebec is the colour-scheme, which features grey suede and blue stripes, with grey symbolizing a solid foundation as it’s a classic colour that can be worn season after season and blue stripes representing both Greece and Quebec.

As part of the AΩ Project, we teamed up with Quebec designer Isaac Larose, of Larose Paris, to bring a new and unique vision to a classic silhouette. We also called upon photographer Vassilis Karidis, of Dapper Dan, to shoot a lookbook that embodies the spirit of today’s youth in Athens.  The shoot was styled by Nicholas Georgiou, also of Dapper Dan.

The Vans x OTH AΩ Slip-On LX ($90 +tax) will be available in limited quantity on Thursday, September 3rd at 10AM in store and 12PM on the online store, with shipping offered worldwide.

We'll also be celebrating the launch of the AΩ Slip-On LX on Thursday night, as of 7pm, in the Vans OTH space. You'll be treated to a live DJ and catering inspired by the shoe's theme! Space is limited, so we ask you to RSVP on the Facebook page.

Vans x OTH AΩ Slip-On
Vans x OTH AΩ Slip On
Vans x OTH AΩ Slip On
Vans x OTH AΩ Slip On
Vans x OTH AΩ Slip On
Vans x OTH AΩ Slip On
Vans x OTH AΩ Slip On
Vans x OTH AΩ Slip On
Vans x OTH AΩ Slip On
Vans x OTH AΩ Slip On
Vans x OTH AΩ Slip On
(WO)MENSWEAR OTH
(WO)MENSWEAR OTH
Naked & Famous Circular Knit Tee adidas Originals Track Pant Vans U Classic Slip-On

Naked & Famous Circular Knit Tee
adidas Originals Track Pant
Vans U Classic Slip-On

(WO)MENSWEAR OTH
(WO)MENSWEAR OTH
Levi's Lightweight Trucker Jacket FWK by Engineered Garments Blouse Big John Slim Fit Denim Clarks Originals Desert Boot

Levi's Lightweight Trucker Jacket
FWK by Engineered Garments Blouse
Big John Slim Fit Denim
Clarks Originals Desert Boot

Barbarian Rugby Jersey FWK by Engineered Garments Overalls

Barbarian Rugby Jersey
FWK by Engineered Garments Overalls

(WO)MENSWEAR OTH
adidas Originals Track Jacket OBEY Clothing "Anti Social Media" Tee Carhartt W.I.P. Lincoln Double-Knee Pant Puma Suede

adidas Originals Track Jacket
OBEY Clothing "Anti Social Media" Tee
Carhartt W.I.P. Lincoln Double-Knee Pant
Puma Suede

La YEEZY BOOST 350 d'adidas est de retour. La deuxième silhouette de la collaboration entre Kanye West et adidas se voit déclinée cette fois ci en noir, avec la YEEZY BOOST 350 "Pirate Black", qui sera disponible samedi le 22 août.

Les paires seront allouées par tirage. L'inscription au tirage aura lieu mercredi le 19 août, de 11h à 19h, exclusivement à la boutique. Les inscriptions seront limitées à une par personne et une pièce d'identité avec photo sera requise pour pouvoir gagner. Les gagnants seront contactés jeudi le 20 août avec plus de détails. Les tailles disponibles vont du 4 hommes au 12 hommes, avec des demi pointures.

Bonne chance.


The adidas YEEZY BOOST 350 is back in black. The second design born from the ongoing collaboration between adidas and Kanye West gets a second colourway, with the Pirate Black version set to drop exclusively at the shop on Saturday, August 22.

Pairs will be awarded via a raffle system. Entry to the raffle will take place on Wednesday, August 19, from 11am to 7pm, exclusively at the shop. Entries are limited to one per person and photo ID is required to be eligible to win. All winners will be contacted on Thursday, August 20 about how and when they can buy their pair. Available sizes go from 4 men's to 12 men's with half sizes.

Good luck.

Posted
AuthorMarc Richardson
PUMA STAMPD OTH

Dans un effort de continuer la réinvention du design, que ça soit en mode ou en technologie, PUMA a fait équipe avec Stampd, la marque californienne qui fait des vagues dans le streetwear, pour réimaginer la Trinomic.

La PUMA x Stampd Trinomic Sock prend son inspiration de la R698 et de la Disc Blaze, pour créer une silhouette entièrement neuve qui vous propose du support, du confort, et un look distinct. Déclinée en noire et gris, la PUMA x Stampd Trinomic Sock est construite de suede prémium.

Disponible à la boutique en quantités limitées dès 11h samedi et en ligne dès lundi.


As part of its quest to continually push its design forward, both from a fashion and tech standpoint, PUMA has teamed up with Los Angeles-based brand Stampd to create a new take on the popular Trinomic model.

The Trinomic Sock features design cues taken from both the R698 and Disc Blaze, to create an entirely new silhouette that offers support, comfort and a distinctive look. Available in both black and grey, the PUMA x Stampd Trinomic Sock is constructed from premium suede.

Available at the shop in very limited quantities as of 11am Saturday. Any remaining pairs will be available online Monday.

Posted
AuthorMarc Richardson

English version follows French.

Auteur et traducteur: Habib Siam - Photographie: Tron - Art: Tracy Siam - Musique: Sandhill

Previously on C'mon Feet.

Cmon Feet Toddy Flores Banner
cmon feet toddy flores oth 1

Il y a presque une décennie, je suis tombé sur un blog de baskets, à l’époque nouveau, appelé Sneaker News. Le site avait une sous-page intitulée « WDYWT - What Did You Wear Today » [Qu’avez vous porté aujourd’hui] qui permettait aux passionnés de sneakers de tous les coins de partager ce qu’ils avaient aux pieds. Au fil du temps, j’ai développé une liste de favoris parmi ceux qui postaient régulièrement. Javier Texas Teacher avait une collection de Jordan de malade qui, depuis, a évolué vers une sélection bien plus éclectique. Les choix quotidiens de Tony Diamonds venaient d’une série ridicule de Dunks du type skateboarding ainsi que sportswear. Deux autres mecs ont attiré mon attention, initialement parce qu’ils étaient du Canada, mais aussi parce que ces gars avaient des petites perles. Les baskets des Cid the Kicks étaient en général bien usées, un changement rafraîchissant des chaussures sans plis qui dominent les réseaux sociaux et un signe certain que ses Nikes avaient du vécu. Il y avait aussi Toddy Flores, surnommé Kid Kicks, qui portait tout, des Superstars aux Jack Purcells, des éditions limitées impossibles à trouver aux « general releases », accessibles à tout le monde.

cmon feet toddy flores oth 2
cmon feet toddy flores oth 3

Quelques diplômes, un boulot, et un déménagement à Montréal plus tard, le nom de Toddy était souvent mentionné dans les cercles d’amateurs de baskets. Vu de l’extérieur, il semble mener une vie de rêve : une famille affectueuse, plusieurs entreprises florissantes, une carrière de DJ qui l’a vu ouvrir pour des artistes comme Dave Chappelle… et des baskets, beaucoup beaucoup de baskets (et non, ce n’est pas une faute de frappe). Les jaloux sont envieux, et pour quelqu’un qui a un travail aussi public que Toddy, on s’attendrait à entendre quelques ragots. Je ne supposerais pas qu’on n’ait jamais dit du mal du doyen de la communauté de sneakers Montréalaise, mais je peux témoigner que ça n’a jamais été fait en ma présence. Malgré un emploi du temps chargé, mon gars a fait en sorte de pouvoir pour me rencontrer à trois occasions différentes pour ce projet. On a mené notre entrevue au restaurant Junior’s, et quand j’ai remarqué que le son était dominé par une symphonie de réfrigérateurs industriels, Toddy était réellement excité à l’idée de tout refaire. « Je pourrais parler de basket éternellement », me réassure-t-il, et on a bien failli, en faisant plus de 20 minutes de notre deuxième entrevue avant de remarquer qu’on n’enregistrait pas.         

Durant les premiers moments de notre entrevue initiale, Toddy avait l’air un peu agité. Je ne pouvais pas dire si son tumulte était du à une surabondance de responsabilités, ou au fait qu’un étranger s’immisçait dans son enfance. Quelque chose a changé quand on a commencé à parler des Philippines. Une posture raide cède la place à un comportement plus détendu, alors que Toddy raconte la migration de sa famille à Montréal, s’installant initialement à Cotes-des-Neiges avant de déménager à la Rive Sud. Malgré son départ à l’âge de deux ans, l’influence philippine sur l’identité du propriétaire de club est palpable. « En grandissant, on a fait en sorte de ne pas oublier nos racines », explique-t-il. « Mes parents ont essayé de nous apprendre, ou nous encourageaient à toujours parler, notre langue maternelle ». La maison des Flores reste décorée d’artefacts et de rappels culturels de leur pays natal, une esthétique qui s’étend au restaurant Junior’s. Perché sur un des murs de l’établissement, une fourchette et une cuillère en bois symbolise le coté communautaire de casser la croute, un aspect important de la tradition philippine. L’ardoise en dessous des ustensiles croisés lit « sarap », tagalog pour savoureux ou délicieux.       

cmon feet toddy flores oth 5
cmon feet toddy flores oth 4

Le décor de Junior’s donne à l’endroit un air de patio, une extension de la cour-arrière chez quelqu’un. La configuration est probablement ce qui contribue à l’atmosphère accueillante du restaurant. A un moment donné, durant notre rencontre, la porte s’ouvre soudainement. Un étranger rentre et commence à regarder autour de lui, jusqu'à ce que Toddy lui offre de l’aide. « Oh, je passais juste par là et j’ai vu toutes ces chaussures », explique l’homme, en pointant à d’innombrables pompes étalées sur le bar. « Je suis curieux… Qu’est ce que c’est que vous faites ? » Toddy et moi, on rigole et on lui explique qu’on travaille sur un projet de sneakers, et on capte sa réaction – un mélange égal d’intrigue et de confusion. Des hommes adultes pris dans une réminiscence sur leurs premières paires, et toutes celles qu’ils ont acheté depuis. Un de ces deux hommes les raccroche, après plus de 30 ans de chasse, de collection, et d’usage. « Je ne sais pas si j’aurais jamais complètement fini, mais il faut définitivement que je prenne du recul », reflète Toddy. Quand je lui demande pourquoi, il commence à parler d’une nouvelle phase dans sa vie, ce qui m’a rappelé ce que Yassin m’avait dit quand je lui ai posé une question similaire : « les priorités ». En fin de compte, on aura toujours Paris, je suppose. 

Écoutez le podcast en bas de page et dirigez-vous vers @cmonfeet sur Instagram pour plus de photos!

cmon feet toddy flores oth 6
cmon feet toddy flores oth 7
cmon feet toddy flores oth 8

Almost a decade ago, I stumbled onto a then-new footwear blog called Sneaker News. The site ran a sub-page titled WDYWT - What Did You Wear Today, which allowed sneaker enthusiasts from all over to share what they had on feet. Over time, I developed a list of favorites among those who posted regularly. Javier Texas Teacher had a crazy collection of Jordans, which has since evolved into a much more eclectic line-up. Tony Diamonds’ daily picks drew from a ridiculous Dunk spread of both the skateboarding and sportswear variety. A couple of other cats caught my eye, initially because they were Canada-heads, but also because these dudes packed gems. Cid the Kicks’ sneakers usually showed heavy wear, a refreshing departure from creaseless shoes that dominate social media and a sure sign his Nikes had experienced life. There was also Toddy Flores, who went by the alias Kid Kicks, and rocked everything from Superstars to Jack Purcells, impossible to find limited editions to general releases. 

cmon feet toddy flores oth 9
cmon feet toddy flores oth 10

A couple of degrees, a job, and a move to Montreal later, Toddy’s name came up frequently in sneaker circles. From the outside looking in, he appears to lead a dream-life: a loving family, multiple successful businesses, a DJ career that’s seen him open for the likes of Dave Chappelle… and kicks, a lot lot of kicks (and no, that’s not a typo). Jealous ones envy, and for someone whose work is as public as Toddy’s, you’d expect to hear some chatter. I won’t assume no one’s bad-mouthed the elder statesman of the Montreal sneaker community, but I can testify it’s never happened in my presence. Despite a Big Pun type heavy sched, my man made time to meet with me on three separate occasions for this project. We conducted our interview at Junior’s restaurant, and when I realized the audio was dominated by a symphony of industrial fridges, Toddy was genuinely excited at the prospect of a redo. “I could talk about kicks forever,” he assured me, and we damn near did, going 20 plus minutes into our second sit down before realizing the recorder was not on. 

During the opening moments of our initial interview, Toddy seemed a little fidgety. I couldn’t tell if his restlessness was due to a glut of responsibilities, or to having a stranger pry into his childhood. Something shifted though when we started talking about the Philippines. An upright posture gives way to a more relaxed demeanor, as Toddy recounts his family’s migration to Montreal, initially settling in Cotes-Des-Neiges then moving to the South Shore. Despite relocating at age two, the pinoy influence on the club owner’s identity is palpable. “Growing up, we made sure that we didn’t forget our roots,” he explains. “My parents tried to teach us, or always keep us talking, our native language.” The Flores household remains decorated with artifacts and cultural reminders of their homeland, an aesthetic that extends to Junior’s restaurant. Perched on one of the eatery’s walls are a wooden fork and spoon, to symbolize the communal aspect of breaking bread, an important part of Filipino tradition. The chalkboard under the crossed utensils reads “sarap,” Tagalog for tasty or delicious. 

cmon feet toddy flores oth 11
cmon feet toddy flores oth 12

unior’s decor gives the spot a bit of a patio feel, an extension of someone’s backyard. The set up is probably what contributes to the restaurant’s homely and inviting feel. At one point during our talk, the door swings open. A stranger walks in and starts looking around, until Toddy offers assistance. “Oh, I was just walking by and I saw all these shoes,” the man explains, pointing to the countless kicks sprawled across the bar. “I’m curious… what do you guys do?” Toddy and I share a laugh, explain that we are working on a sneaker project, and take in the man’s reaction – an even mix of intrigue and confusion. Grown men reminiscing over their first pairs, and all the subsequent ones they’ve since purchased. One of said two men is hanging them up, after 30 plus year of hunting, collecting, and wearing. “I don’t know that I’ll ever be done, but I definitely need to take a step back,” Toddy reflects. When I ask why, he begins to speak of a new phase in his life, and I’m reminded of something Yassin told me when I’d asked him a similar question: “Priorities.” In the end, we’ll always have Paris, I suppose.

Check out the podcast below and hit @cmonfeet on Instagram for more pictures!

PF Flyers Todd Snyder OTH 1

Nous sommes très excité d'accueillir PF Flyers à la sélection de marques offertes chez OTH, notamment avec la collaboration PF Flyers x Todd Snyder.

PF Flyers est une marque avec une longue histoire dans le sportswear américain d'antan, et leur collaboration avec le désigner new yorkais Todd Snyder est basé autour de cette identité. Après avoir fait une longue recherche dans les archives de la marque, Snyder a décidé de s'essayer avec la Rambler, une silhouette iconique qui est idéale pour l'été.

Les paires de la collection sont déclinées en couleurs neutres, et construites en nubuck vieilli, avec des semelles en caoutchouc blanc donnant un air relaxe et athlétique. Deux coupes de Rambler sont disponible, soit une basse et une qui dépasse la cheville.

La collection PF Flyers x Todd Snyder est maintenant disponible à la boutique en quantités limitées. On vous tiendra au courant des nouveautés PF Flyers lorsqu'elles arrivent à la boutique!

PF Flyers Todd Snyder OTH 2
PF Flyers Todd Snyder OTH 3

We're really excited to welcome PF Flyers to the roster of brands available at OTH, and there's no better way to usher the American brand into the shop than with their latest PF Flyers x Todd Snyder collaboration.

PF Flyers is a brand steeped in vintage American sportswear history, and their collaboration with New York-based menswear designer Todd Snyder echoes that deep-rooted history. After digging into PF's archives to find the perfect silhouette to kick off the partnership, Snyder settled on the Rambler, an iconic shoe that is ideal for summer.

The collection features soft shades of tumbled nubuck and pure white rubber midsoles that give the shoes a relaxed, athletic feel, as well as both hi-top and low-cut versions of the Rambler, to give you a breadth of options for the warmer summer months.

The PF Flyers x Todd Snyder collection is now available at the shop, in very limited quantities and we'll keep you updated as more offerings from PF Flyers roll into the shop.

PF Flyers Todd Snyder OTH 4
Posted
AuthorMarc Richardson

English version follows French.

Auteur et traducteur: Habib Siam - Photographie: Tron - Art: Tracy Siam - Musique: Sandhill

Previously on C'mon Feet.

C'mon Feet OTH banner
C'mon Feet Tron OTH 1

Je ne savais pas trop quoi penser de Tron les quelques premières fois qu’ou on s’est rencontré. Les grands de taille peuvent être distants. Je le sais par expérience, mais mon gars avait une propension pour les mots plutôt éparse. Il omettait parfois les salutations verbales en faveur d’un hochement de la tête, ou d’un clignement des yeux momentané pour signaler son accord. Je n’arrivais pas à déterminer si Tron était réservé ou un peu antisocial, mais peu importe. Il prenait de méchantes photos, et le reste, j’étais prêt à le tolérer. Plus tard, quand j’ai appris que le photographe faisait partie de Mook Life, un collectif local d’artistes lâchement assemblé, ça façon d’être me semblait plus logique. Ces gars-là sont… un tout petit peu différents, et c’est probablement pour ça que les mooks sont parmi mes personnes préférées dans cette ville. De Pro-V et Buddha Blaze, à Stantroitsky et CeasRock, ces Montréalais un peu décalés ont une vision unique, une entente décentrée du monde, qui est en même temps distinctive et rafraichissante. Tron n’en pas une exception. 

C'mon Feet Tron OTH 2
C'mon Feet OTH Tron 3

« Mon vrai nom est un peu trop banal », rigole le natif du coté Ouest en expliquant les origines de son pseudonyme. Son surnom dérive d’une ligne célèbre de FUBAR, un documentaire canadien de Michel Dowse. « Tron funkin blows », tag un des protagonistes sur l’asphalte. Il se peut aussi qu’il y ait une connexion au film Disney où Jeff Bridges se retrouve piégé dans un jeu vidéo. Au fil des années, l’homme responsable pour la palette visuelle de C’mon Feet a développé une longue liste de variations. On a Tronald MacDonald, « parce que j’aime vraiment les cheeseburgers, après tout », Harry Tronick Junior, Genghis Tron, et le douteux Tron Madden ‘96. Il y a quelques suggestions qu’il a du refuser poliment – parmi celles-ci sont Eltron John et Elton Tron. « C’est un peu parti dans tous les sens », se marre-t-il. « Plus ou moin, tu dis Tron et tout le monde… bon, pas tout le monde, je ne suis pas Kanye mais… tu sais, les gens savent de qui tu parles ».

Les noms d’emprunts sont espiègles, un coté de la personnalité de Tron qui a fait de chacun de nos shoots une expérience mémorable. Quand je l’interroge sur son approche de la documentation de quartiers et des gens qui y habitent, je commence à mieux comprendre comment des identités multiples peuvent être utiles dans des environnements différents. « Il s’agit vraiment (…) de descendre au niveau de la rue », Tron élabore sur ce qui est fondamentalement une philosophie d’anthropologue. « L’essentiel est de se fondre dans la société autour de soi ». C’est pour ça que Tron s’embarque sur ses expéditions photo avec son appareil camera, un objectif qu’il surnomme le G-Unit, et une paire de baskets confortable. Sans carte et sans assortiment d’équipement, ou quoique ce soit qui indiquerai qu’il vient d’ailleurs. Le comportement des gens change quand ils aperçoivent un regard d’étranger. Cette conscience de soi rend difficile de capturer ce que Tron appelle des moments distinctifs, des évènements naturels et aléatoires.

C'mon Feet Tron OTH 4
C'mon Feet Tron OTH 5

Tron shoot littéralement de la hanche, pour emprunter une expression américaine. Un viseur devient presque obsolète quand on utilise le même objectif fixe depuis plus de 3 ans. Cerveau et vision reconditionnés, Tron voit pratiquement tout dans ce format 50 mm, sans zoom. La caméra est une extension de son corps, un membre en prime qu’il manipule avec dextérité et une subtilité extrême. Il y avait des fois où j’étais debout, à coté de lui, ignorant le fait qu’il prenait des photos. Mais ça c’est Tron, toujours prêt à saisir le moment et jamais trop concerné par les imperfections mineures. « Prendre des photos : parfois il s’agit de plus que la qualité de la photo ou du cadrage. C’est vraiment plutôt ce moment figé et sa représentation », dit-il, en distinguant entre l’acte de prendre une photo et le processus organisé d’en faire une. Le coté plus introspectif du photographe continue de lutter avec un problème qui concerne tout travail artistique : « Tu peux pas saisir la vie. Personne n’a réussi à la faire. »   

C'mon Feet Tron OTH 7
C'mon Feet Tron OTH 8
C'mon Feet Tron OTH 8

I didn’t know what to make of Tron the first few times we met. Tall people can be aloof. I know this from experience, but my man’s proclivity for words was fairly sparse. Sometimes, he’d nix verbal greetings in favor of a nod, maybe a momentary blink of acknowledgement. I couldn’t tell if Tron was reserved or a little anti-social, but it didn’t matter much. He had a mean lens-game, and anything else, I’d gladly put up with. When I later learned the photographer was part of Mook Life, a loosely knit local artist collective, his demeanor made more sense. Those dudes are… just a little different, which is likely why some my favorite people in this city are Mooks. From Pro-V and Buddha Blaze, to Stantroitsky and CeasRock, these off-kilter Montrealers have a unique vision, a decentered view of the world, which is both distinctive and refreshing. Tron is no different.

C'mon Feet Tron OTH 9
C'mon Feet Tron OTH 10

“My real name is a bit too basic,” the West Side’s native son jokes as he explains the origins of his moniker. The nickname draws on a famous line in Michael Dowse’s Canadian documentary FUBAR. “Tron funkin blows,” one of the protagonists spray paints on asphalt. There also may or may not be a connection to the Disney flick where Jeff Bridges gets stuck in a video game. Over the years, the man behind C’mon Feet’s visual palette has developed a long list of variations. We have Tronald MacDonald, “because I do in fact love cheeseburgers,” Tronald Trump, Harry Tronick Junior, Genghis Tron, and the shaky Tron Madden ‘96. Some suggestions he’s politely turned down – Eltron John and Elton Tron are two such examples. “It’s kind of gone all over the place,” he chuckles. “More or less, you’ll say Tron and everyone… well, not everyone, I’m not Kanye, but… you know, people know who you’re talking about.”

The aliases are playful, a side of Tron’s personality that made memorable experiences out of every shoot. As I ask about his approach to documenting neighborhoods and the people in them, I begin to get a sense of how multiple personas might be useful for different environments. “It’s really about (…) getting down to the street level,” Tron describes what is essentially an anthropological philosophy. “The real essence is blending in with society that’s around you.” This is why Tron embarks on his photo expeditions with a camera, a single lens he calls the G-Unit, and a comfortable pair of sneakers. No maps and no assortment of equipment, or anything else that screams outsider. People’s behavior changes when they’re aware of a foreign gaze. This self-consciousness makes it impossible to capture what Tron refers to as distinctive moments, natural and very random occurrences.

C'mon Feet Tron OTH 11
C'mon Feet Tron OTH 12

Tron literally shoots from the hip. A viewfinder is almost obsolete when you’ve been using the same fixed lens for over 3 years. Brain and vision reconditioned, Tron sees practically everything in that zoomless, 50 mm format. The camera is an extension of his body, a bonus limb he manipulates with dexterity and utmost subtlety. There were times I was standing next to him, unaware he was snapping away. That’s Tron though, always ready to shoot and never too worried about minor imperfections. “Capturing photos sometimes is not about the quality of the photo or the frame. It’s very much about that moment in time and the representation,” he says, distinguishing the act of taking a photo from the staged process of making one. The more introspective side of the photographer continues to grapple with an issue that concerns most artistry: “You can’t capture real life. No one’s figured it out.”